Forum de discussions autour de Black Sabbath
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DAVID BOWIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Dim 29 Mai 2016, 16:13

Sarajevo a rendu hommage samedi à la légende britannique du rock, David Bowie, décédé en janvier, en inaugurant une peinture murale, "la plus grande au monde" représentant la chanteur-compositeur, selon ses auteurs, un groupe d'admirateurs et d'artistes bosniens.

Choqué par la mort soudaine de l'artiste, un des plus influents au monde des cinq dernières décennies, le musicien bosnien Vedad Trbonja a aussitôt ressenti le besoin de faire un geste pour son "père spirituel", a-t-il raconté à l'AFP.

"Quand j'écoute sa musique, je la ressens comme si elle était faite pour moi. Je pense que chacun a un artiste qu'il écoute plus que les autres. Jamais je n'ai écouté un album de David Bowie et dit ça c'est nul, non, jamais! A chaque fois c'était une surprise et c'était mieux qu'avant", a-t-il expliqué.

Deux artistes bosniens, Zoran Herceg et Enis Cisic, qui est dessinateur du studio Marvel Comics, l'ont aidé à réaliser son idée. Quatre mois plus tard, une centaine de personnes ont assisté à l'inauguration de la fresque peinte sur la façade d'un immeuble délabré d'une ancienne caserne, dans le centre de Sarajevo.

Elle représente David Bowie avec plusieurs de ses visages et elle est ornée d'une inscription "La mode change, mais vous serez toujours mes héros" ("Fashion changes, but you'll always be my heroes"), composée de deux titres de chansons de Bowie "Fashion" et "Heroes".

"On s'est rendu compte que ce mur faisait 13 mètres de haut et 10,5 mètres de large, ce qui est en fait la plus grande peinture murale de Dawid Bovie au monde", affirme Vedad Trbonja.

Artiste aux multiples facettes -- du glam rockeur aux outrances flamboyantes à l'expérimentateur introverti -- David Bowie est décédé le 10 janvier, deux jours après avoir fêté ses 69 ans et après la sortie de son dernier album, "Blackstar".

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Killsark
Iron Man
avatar

Nombre de messages : 15502
Age : 49
Localisation : Nice
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Lun 30 Mai 2016, 09:39

Beurk Mad , si ça c 'est un hommage alors je n' ose imaginer une fresque d' un mec qui ne pouvait pas le sentir. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Mer 14 Sep 2016, 13:42

David Bowie : des morceaux inédits vont être dévoilés à titre posthume

D’ici le mois prochain, trois nouveaux titres du Thin White Duke seront révélés au grand public. On compte les jours jusqu’au 21 octobre.


On vous en parlait cet été, Lazarus, la comédie musicale en l’honneur du dernier album de David Bowie, Blackstar, est actuellement en représentation aux Etats-Unis et s’exportera bientôt vers l’Angleterre. Dans ce spectacle, le public a pu assister à des reprises de divers tubes bien connus du Thin White Duke (Heroes, Changes, Life On Mars?…), mais également découvrir des titres totalement inédits.

En effet, No Plan, Killing a Little Time, et When I Met You font bel et bien partie de la comédie musicale, mais n’ont pour l’instant jamais été dévoilés au grand jour autrement qu’interprétés par le casting de Lazarus.

Pour l’instant, puisque l’on apprend que des versions studios ont été enregistrées par Bowie himself quelques temps avant sa mort, et seront incluses sur le disque de la bande originale de l’événement.

Merci à Stormy. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Mar 25 Oct 2016, 16:55

Des tickets sont encore en vente pour ce soir. Possibilité d'acheter ce soir les billets pour les autres représentations :

Lazarus previews start in London this evening. Purchase tickets for all performances (including tonight), here: http://smarturl.it/LazarusLondonTix …

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Killsark
Iron Man
avatar

Nombre de messages : 15502
Age : 49
Localisation : Nice
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 27 Oct 2016, 08:32

Ça fait bizarre, on dirait qu' il est en tournée Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 27 Oct 2016, 08:35

Oui... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Sykes-Schenker
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 4342
Age : 41
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 27 Oct 2016, 09:55

exact...
Revenir en haut Aller en bas
http://onlygoodmusicishere.blogspot.fr
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 27 Oct 2016, 14:17

Je viens de trouver une excellente chronique de ce chef d'oeuvre :



Tiens, ça faisait un bail qu'on n'avait pas parlé de David Bowie ici, non ? Et avec cet album, sincèrement, on a de quoi faire. Il existe plein d'albums live mythiques : Made In Japan de Deep Purple, Live/Dead du Grateful Dead, Live At Leeds des Who, Wings Over America des Wings, Live After Death d'Iron Maiden, Live At The Star-Club de Jerry Lee Lewis, Get Yer Ya-Ya's Out ! des Rolling Stones... Ce live fait assurément partie de la même joyeuse troupe. Il est sorti tardivement en album par rapport à sa captation, et encore plus tardivement dans une version définitive et convaincante, mais l'essentiel est qu'il soit sorti. Aussi bien en album qu'en DVD, car il faut savoir que ce live est à la base, aussi un film musical. Tout comme l'album des Wings que j'ai cité, et celui de Maiden aussi, je crois bien. Ce live, datant de 1973 pour le concert, de 1983 pour la première édition en album, et de 2003 pour la définitive (CD et DVD, avec un nouveau mix pour l'album) que j'aborde ici, c'est bien évidemment Ziggy Stardust & The Spiders From Mars - The Motion Picture Soundtrack. Je ne sais plus trop pour quelle raison les fans durent attendre 10 ans pour l'album (officiel), mais c'est le cas. En tout cas, celles et ceux qui étaient, ce soir-là (le 3 juillet 1973), à l'Hammersmith Odeon de Londres, pour la dernière date de la tournée de Bowie, s'en souviennent encore 40 ans plus tard, pour ceux qui, évidemment, sont toujours en vie (et pourquoi seraient-ils morts, d'ailleurs ? A moins d'avoir déjà 40 ans et plus quand ils ont assisté au concert...). Filmé par D.A. Pennebaker (Don't Look Back, sur Dylan, 1967), le film jure par ses images vieillies, aux teintes criardes, et a pris un coup dans l'aile. Le live, lui, reste ce qu'il est : une buterie.

Bowie achevait, ici, sa tournée promotionnelle d'Aladdin Sane, dont quatre titres (la reprise des Stones Let's Spend The Night Together en fait partie) sont présents ici. Il a 26 ans, les cheveux rouges, et ne va pas tarder à entrer en studio (et ça sera en France, au mythique Château d'Hérouville) pour enregistrer Pin Ups, son album de reprises qui mettra un point final à sa période glam. Mais en fait, c'est cet ultime concert de la tournée qui mettra un point final à sa période glam, et ça, seules quelques personnes (en plus de Bowie, évidemment) le savaient au moment de monter sur scène : sa femme Angela, Mick Ronson (guitare), Tony Visconti (ami producteur, auteur aussi du nouveau mix 2003, mais n'ayant pas produit le live original), sans doute aussi le patron de MainMan (maison de production hébergeant Bowie, conçue spécialement pour lui), Leee Black Childers, quoique pour ce dernier, ça ne soit pas certain qu'il savait. Savait quoi, au fait ? Hé bien...ça : Everybody...This has been one of the greatest tours of our life...First I'd like to thank the band...I'd like to thank our road crew...And I'd like to thank our lightning people...Of all the show of this tour, this particular show will remain with us the longest, because...not only is it...not only is it the last show of the tour, but it's the last show that we'll ever do. Thank you. Voilà. Ce que vous venez de lire dans la langue de Shakespeare est ce que l'on entend juste avant le dernier morceau, Rock'n'Roll Suicide (lequel morceau, déjà anthologique dans sa version studio, est ici totalement transcendé, Bowie le chante avec une force...). En gros, Bowie explique aux spectateurs que ce concert, en plus d'être le dernier show de la tournée (ce qu'ils savaient déjà : en annonçant My Death, Bowie dit que, compte tenu que c'est le dernier concert de la tournée, il voulait interpréter ce morceau, une reprise en anglais de La Mort de Brel, pour marquer le coup), est aussi le dernier, tout court. Stupeur affligée chez les spectateurs, et même chez deux des musiciens, Trevor Bolder (basse) et Mick 'Woody' Woodmansey (batterie), qui ignoraient que Bowie allait faire une telle déclaration (Ronson, lui, savait, et le pianiste Mike Garson devait aussi s'en douter un peu). Le lendemain, les journaux titraient "Bowie Quits", etc...

En fait, Bowie n'avait pas spécialement l'intention de mettre un terme à sa carrière ou à des concerts. Ou alors, il s'est rapidement repris, car, en 1974, pour promouvoir Diamond Dogs, il lancera une tournée internationale (mais surtout américaine), immortalisée par ce qui sera alors son premier live officiel commercialisé (David Live, très critiqué). Mais, en tout cas, c'est clair : les Spiders From Mars, son groupe glam, c'est fini. D'ailleurs, le batteur, Woodmansey, ne participera plus jamais à rien avec Bowie. Ce dernier, quand il convoquera des musiciens pour enregistrer Pin Ups peu après dans le même mois de juillet 1973, ne le prendra pas, il choisira Ainsley Dunbar (qui participera à Diamond Dogs aussi). Ronson sera de la partie sur Pin Ups (et ensuite, plus rien jusqu'à Black Tie White Noise en 1993, peu de temps avant la mort, par cancer, de Ronson), Garson le sera aussi, ainsi que sur Diamond Dogs et Young Americans (puis, plus rien jusqu'à The Buddha Of Suburbia, en 1993). Quant à Trevor Bolder, il quitte le groupe peu après le concert, écoeuré, et n'acceptera de revenir que pour enregistrer ses parties de basse pour Pin Ups, Bowie ayant essuyé des refus de la part d'autres bassistes tels Jack Bruce, et n'ayant d'autre choix que de le reprendre. Ambiance. Mais retour au concert de l'Hammersmith Odeon, on est là pour ça. Le concert est de ceux qui ne s'oublient pas. Seul petit reproche : il est sauvagement court, chacun des deux CD dure en gros 41 minutes... Le tout, pour 20 titres, dont 17 chansons (on a aussi deux Intro instrumentales utilisant des bribes de la bande-son d'Orange Mécanique, une intro par CD, et le fameux Farewell Speech). Mais on se console en se disant que rien n'y est à foutre en l'air. Le show démarre du feu de dieu par Hang On To Yourself et Ziggy Stardust. Je ne suis pas fanatique du premier morceau dans sa version studio (quoique, avant, je l'aimais encore moins que maintenant), mais en live, ça déchire son slip avec le dentier de papy. Punk avant l'heure, limite ! Watch That Man, premier extrait d'Aladdin Sane (un album reprenant la formule gagnante de The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars en l'abrutissant de gros son glam ricain - l'album a été enregistré essentiellement là-bas -, production saturée et sans subtilité dans sa majeure partie, mais album très efficace et sympa quand même), assure aussi pas mal, puis on a droit à un petit melting-pot en trois titres : Wild-Eyed Boy From Freecloud, issu de Space Oddity (1969), All The Young Dudes (Oh, I need TV when I got T-Rex...) que Bowie composa pour Mott The Hoople sur leur album du même nom (qu'il a produit) en 1972, et Oh ! You Pretty Things, trois chansons souvent dans des versions courtes (1,40 minute pour chacune des deux dernières, autrefois réunies sur une seule plage audio), et sublimes. Après, arrive la grosse viande du premier disque : Moonage Daydream. Autant le dire, c'est une version totalement dantesque, étendue (6,30 minutes) et encore plus aboutie que la pourtant grandiose version studio. Bowie y chante avec toute ses tripes, le solo de guitare de Ronson est à tomber du haut de l'échelle vers le Paradis... Changes, qui suit, remet du calme relatif dans tout ça, suivi par un Space Oddity remarquable et, en guise de final du premier disque, My Death, adaptation anglophone, donc, de Jacques Brel, une des idoles de Bowie. Un Bowie qui n'hésite pas à demander à son public bien excité de se calmer, be quiet...thank you, avant de commencer à chanter, c'est que Brel, ça se respecte et se mérite, ah mais. On en pleurerait presque tellement c'est fort. Logiquement, après ce morceau assez long (7 minutes en comptant la présentation par Bowie), il y à un temps à prendre, on ne peut enquiller direct sur la suite ; le CD 1 se termine là.

Après une autre Intro d'une minute reprenant un des thèmes d'Orange Mécanique (William Tell Overture, en accéléré), on repart avec Cracked Actor, aux paroles bien salaces (Suck baby suck, give me your head) , issu d'Aladdin Sane, et refoutant bien la patate malgré son évident manque de subtilité. Time, aussi issu du même album, avec son ambiance cabaret de Weimar, est une belle montée en puissance (We should be on by now), glam et décadente tout en étant très précieuse. Le choc arrive ensuite, Bowie déterre The Width Of A Circle, morceau de 1970 (album The Man Who Sold The World) et le morceau, déjà long dans sa version studio, atteint ici quasiment le double en durée, soit 15, 45 minutes de folie pure, entre ambiance heavy et glam. Turn around, go back ! Après ça, difficile de passer à autre chose, et Let's Spend The Night Together, reprise des Cailloux et chanson aussi issue d'Aladdin Sane, fait très simpliste. Le passage rajouté par Bowie (...Do it, let's make love) est inutile et ridicule, et cette reprise est pour moi le morceau le moins bon et du live, et de l'album studio dont il est issu à la base, voilà c'est dit, et sans honte. Suffragette City remet les pendules à l'heure, puis une autre reprise, White Light/White Heat (du Velvet Underground), dévastatrice. Arrive enfin le moment de la Grande Révélation, le Farewell Speech cité plus haut dans le texte. Cris, lamentations du public, Bowie tue Ziggy. Puis... Time takes a cigarette, puts it in your mouth... La voix de Bowie semble quelque peu frémissante, tremblante, ou bien est-ce moi ? On sent, en tout cas, quelque chose se passer, durant les 5 minutes du dernier morceau, on sent vraiment un truc, impossible de ne pas frissonner, les yeux me piquent même, des fois, plus encore que dans la pourtant anthologique version studio... Et ce final, You're not alone ! Give me your hands, 'cause you're wonderful, oh give me your hands... KAPOW, c'est fini. Rock'n'Roll Suicide. Pas de rappel supplémentaire, il n'en est nul besoin, tout le monde est mort dans la salle, mort avec Ziggy, parti en poussière d'étoile au-dessus du public ému de l'Hammersmith Odeon. 41 ans après, ça garde tout son impact. Le 3 juillet 1973, Bowie a probablement donné le concert de sa vie, en tout cas, un de ses plus grands concerts (ça, au moins, c'est clair). Vous avez dit mythique ?

CD 1

Intro

Hang On To Yourself

Ziggy Stardust

Watch That Man

Wild-Eyed Boy From Freecloud

All The Young Dudes

Oh ! You Pretty Things

Moonage Daydream

Changes

Space Oddity

My Death

CD 2

Intro

Cracked Actor

Time

The Width Of A Circle

Let's Spend The Night Together

Suffragette City

White Light/White Heat

Farewell Speech

Rock'n'Roll Suicide

Source : Rock Fever
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 27 Oct 2016, 16:53



David Bowie spent much of his final year on this planet working on a musical, Lazarus, based on his 1976 sci-fi movie The Man Who Fell to Earth. Written with Irish playwright Enda Walsh (Once), it seemed like a curious use of his time – but as we know now, it was part of his elaborate farewell gesture. Lazarus worked poignantly onstage – especially the climactic scene where alien Michael C. Hall (from Dexter) and his angel daughter swim like dolphins through puddles of milk while singing "Heroes," before he blasts off in his rocket back to his home planet.

David Bowie a passé la grande majorité de sa dernière parmi nous à travailler sur une comédie musicale, Lazarus, baséé sur son film de science fiction The Man Who Fell To Earth. Ecrite en compagnie de la dramaturge Enda Walsh, elle a occupé curieusement son temps. Mais ce que nous savons maintenant, elle faisait partie d'un geste d'adieu élaboré. Lazarus a marché de façon poignante sur scène surtout quand l'extraterrestre Michael C. Hall (de la série Dexter) et sa fille nagent comme des dauphins dans des flaques de lait alors qu'ils interprétaient Heroes avant qu'il ne fasse décoller da fusée pour retourner sur sa planète.

The Lazarus soundtrack has the title song, already familiar from his still-astounding Blackstar, along with three new Bowie songs. The other 18 tracks are theater pros doing his hits ("Changes," "All The Young Dudes") or deep cuts ("It's No Game," "Always Crashing in the Same Car"), recorded the day after his death. The songs have already been defined by the master – if you've heard Bowie sing "Life on Mars," not to mention Barbara Streisand or Lorde, you probably won't play this version twice. But the cast sometimes brings fresh nuance – especially "Absolute Beginners," where Hall and Cristin Milioti revive a long-forgotten Eighties movie theme as a doo-wop wedding hymn.

La bande-son porte le nom du titre qui figure sur le magnifique Blackstar et comporte également trois nouveaux titres. Les 18 titres restants sont des hits faits pour ce spectacle (Changes, All The Young Dudes) ou bien des démos (It's No Game, Aways Crashing In The Same Car) enregistrées le lendemain de sa mort. Les titres avaient déjà été sélectionnées par le Maître. Si vous avez entendu Bowie chanter Life On Mars, sans mentionner Barbara Streisand ou Lorde, vous ne remettrez pas cette version deux fois. Mais la distribution apporte de la fraîcheur surtout concernant Absolute Beginners dont l'interprétation très fraîche par Hall et Cristin Milioti de ce morceau des 80's longtemps oublié par Hall et Cristin Milioti, ressemblerait à un thème de mariage sur fond de doo-wop.

The real attraction is the three new Bowie tracks, recorded during the Blackstar sessions with the same great jazzy band and producer Tony Visconti. While he intended them for the musical, not his album, they're a chilling last transmission. Bowie comes on violent and threatening in the industrial "Killing a Little Time," snarling, "I've got a handful of songs to sing/To sting your soul, to fuck you over." "When I Met You" is pop charm, with a Lindsey Buckingham quiver in the guitar twang. But the real prize is "No Plan," where Bowie croons an eerie torch song about drifting into space, floating over New York City – "There's no music here/I'm lost in streams of sound." It's a crucial part of Bowie's long goodbye to a world that wasn't quite ready to let go of him.

Le véritable intérêt de cette sortie concerne les 3 nouveaux titres enregistrés durant les sessions de Blackstar avec le grand producteur jazzy Tony Visconti. Quand il a eu l'intention de les intégrer pour la comédie musicale et non pour son album, ils constituèrent un ultime témoignage vibrant. Bowie apparaît violent et menaçant sur le morceau "industriel" Killing A Little Time en grognant "J'ai tout un paquet de chansons à interpréter à vous mettre dans la tête pour vous entuber". When I Met You est une bleuette en compagnie d'un Lindsey Buckingham qui fait vibrer les cordes de sa guitare. Mais la véritable récompense, c'est No Plan sur laquelle Bowie fredonne une étrange chanson mélo sur le thème de l'errance dans l'espace ou bien encore cette envie de voler au dessus de New York. "Ici, il n'y a pas de musique. Je suis perdu dans les courants du son." C'est un moment crucial concernant l'adieu de Bowie à un monde qui n'était pas prêt à le laisser partir.
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Ven 25 Nov 2016, 19:46

Ca sort le 11 janvier :

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Ven 30 Déc 2016, 17:11

Je ne sais plus si je l'avais posté :

David Bowie : l'auteur de la pochette de "Blackstar" en révèle le sens caché
Par Laure Narlian @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 22/01/2016 à 17H10, publié le 22/01/2016 à 16H53

"C'était un homme face à sa propre mortalité", explique le designer Jonathan Barnbrook, qui a réalisé la pochette de "Blackstar", le dernier album de David Bowie. Une pochette très épurée montrant une étoile noire sur fond blanc, dont il dévoile le sens, plus complexe que ne le laisse supposer sa simplicité graphique.
"Ce sont des choses en rapport avec la mortalité"
"Le symbole de l'étoile noire (★ ), plutôt que l'écriture Blackstar, a une sorte de finalité, de simplicité, une noirceur, qui est une représentation de la musique", explique Jonathan Barnbrook dans une interview au site d'architecture et de design Deezen.

"Beaucoup de gens ont dit que c'était une pochette merdique au moment de sa sortie, que ça avait pris cinq minutes à dessiner", regrette-t-il. "Je crois qu'il y a un malentendu au sujet de la simplicité, elle peut prendre beaucoup de temps à atteindre. (...) Nous sommes confrontés à tant d'images sur internet qu'il est nécessaire d'être direct."

David Bowie et lui ont travaillé sans intermédiaire et essentiellement par e-mails, le Thin White Duke étant basé à New York et Barnbrook en Angleterre. Ils confrontaient régulièrement leurs idées, Bowie étant toujours très clair sur ce qu'il souhaitait.

"L'idée de mortalité est là, et bien sûr l'idée d'un trou noir absorbant tout, le Big Bang, le début de l'univers, s'il y a une fin à l'univers", remarque le graphiste. "Ce sont des choses en rapport avec la mortalité."

Sur la pochette de la version vinyle, l'étoile est découpée et laisse apparaître le disque vinyl en dessous. "Le fait qu'on puisse voir le disque en tant qu'objet physique qui se dégrade (…) est également un commentaire sur la mortalité." "Il m'a dit que les paroles de Blackstar étaient très honnêtes. C'était un homme face à sa propre mortalité, et j'espère que le dessin est approprié."



Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 12 Jan 2017, 06:19


Collaborateur de longue date de David Bowie, Tony Visconti a publié hier un message émouvant sur sa page Facebook, intitulé "The Worst Next Day" (le pire jour d'après), en référence à un album du chanteur, "The Next Day".

"J'étais endormi dans ma chambre d'hôtel de Toronto lorsque mon téléphone a commencé à s'exciter vers deux heures du matin. Les messages étaient tous plus ou moins similaires : 'David Bowie' est mort'. Quelque chose que je redoutais depuis un an. Étrangement, je me suis dit : 'Oh, mon dieu', puis je me suis rendormi car nous avions joué un concert épuisant la veille au soir (avec Holy Holy, son groupe, ndlr). Vers 7h, mon saxophoniste Terry Edwards m'a réveillé en me soufflant : 'Tony, quelque chose de terrible est arrivé'. Quelques minutes plus tard, tout le groupe était en train de me consoler…

Aucun des musiciens ne se doutait que David était en phase terminale. J'avais signé un accord de confidentialité un an plus tôt, ce qui était inutile, qui demandait à ce que j e ne révèle aucun détail des sessions d'enregistrement de 'Blackstar'. Le choc était d'autant plus important pour eux, qui ne savaient rien… […]

En y repensant, j'ai été extrêmement chanceux d'être avec mon groupe au moment de l'annonce, autrement j'aurais été dévasté. […] Toute l'année, j'ai vraiment été dans des montagnes russes au niveau de mes émotions, tout comme vous. Je n'arrête pas de parler à David dans ma tête, c'est très dur à gérer. Au cours de sa dernière année, il était tellement créatif…

Enregistrer 'Blackstar' ne fut pas une mince affaire, c'était comme construire une cathédrale gothique… Il était de plus en plus fort, de plus en plus positif et inventif. […]

J'en resterai là. Je vais essayer d'accepter la mort de David. J'ai traversé tous les stades au cours des 365 derniers jours, y compris celui de la colère. Bien sûr, il ne nous a jamais quittés spirituellement. Nous avons été assez chanceux pour vivre à la même époque que lui. On l'a vu, entendu chanter, parler et chaque jour qui passe nous ramène à son souvenir.

Il était une légende de son vivant et le restera jusqu'à la fin des temps.

Mais il était aussi mon ami.
Et il me manque tellement."



Source : Rockawa
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Jean-Louis
Heaven And Hell
avatar

Nombre de messages : 9536
Age : 65
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 12 Jan 2017, 07:26

Un beau témoignage !
Revenir en haut Aller en bas
Killsark
Iron Man
avatar

Nombre de messages : 15502
Age : 49
Localisation : Nice
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 12 Jan 2017, 09:13

Absolument Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Dim 26 Fév 2017, 08:03

Un projet de sculpture dédiée à David Bowie sera réalisé en plein Brixton à Londres.

http://thevinylfactory.com/news/permanent-david-bowie-memorial-brixton/

Located five streets from his place of birth on Stansfield Road and close to Jimmy C’s Aladdin Sane mural, the folks behind this “monumental piece of public art” hope to raise £990,000 via a crowd-funding campaign to make the project a reality. Click here to find out more. [via Brixton Blog]

Localisé à 5 rues de son lieu de naissance sur Stansfield Road et près de la fresque murale de Jimmy C' qui représente Aladdin Sane, les personnes qui sont à l'origine du projet, espèrent recueillir 990000 livres et ce, par le biais d'une campagne de financement afin que le projet devienne réalité.

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Sam 11 Mar 2017, 10:58

Ponpon m'a fait part au téléphone d'une sortie probable pour le Record Store Day d'un live enregistré à Los Angeles en 74 avec une setlist quelque peu modifiée par rapport au David Live.
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Sam 11 Mar 2017, 15:45

Des précisions sur ce live à Los Angeles intitulé Cracked Actor ainsi qu'un autre album intitulé Bowpromo qui, lui, propose des alternate versions de Hunky Dory :

Deux albums de la légende du rock David Bowie vont ressortir en avril à l'occasion du 10e anniversaire de la journée des disquaires (Record Store Day), devenue la fête des disques vinyles, a indiqué son label Parlophone vendredi.

Les albums sortiront en un nombre limité d'exemplaires le 22 avril, y compris un opus de trois 33 tours d'un concert de 1974, nommé Cracked Actor.

Ce concert à Los Angeles marque l'adoption par Bowie, qui a d'abord incarné le «glam rock», de la musique soul. Il partagea ce concert en 1974 avec le chanteur de soul Luther Vandross.

Un documentaire de la BBC avait diffusé plusieurs morceaux de ce concert mais cet album réunit pour la première fois tous les enregistrements.

C'est le producteur de Bowie, Tony Visconti, qui les a remasterisés, selon le label.

Le deuxième opus est Bowpromo, un album promotionnel de 1971 qui comprend des versions alternatives de morceaux sortis plus tard cette année-là dans l'album de Bowie Hunky Dory.

La face B du vinyle comprend des titres de Dana Gillespie, une chanteuse britannique connue pour avoir joué sur scène dans Jesus Christ Superstar de Andrew Lloyd Webber.

En constante évolution tout au long de sa carrière, Bowie avait encore innové avec son dernier album Blackstar, sorti l'an dernier deux jours avant sa mort à 69 ans, due à un cancer dont il n'avait jamais parlé publiquement.

Les ventes de vinyles ont bondi ces dernières années aux États-Unis et certains pays en Europe, stimulant très marginalement le secteur.



Cracked Actor (Live in Los Angeles 1974)

Side 1:
01. Introduction
02. 1984
03. Rebel Rebel
04. Moonage Daydream
05. Sweet Thing/Candidate/Sweet Thing

Side 2:
06. Changes
07. Suffragette City
08. Aladdin Sane
09. All the Young Dudes
10. Cracked Actor

Side 3:
11. Rock ‘n’ Roll With Me
12. Knock on Wood
13. It’s Gonna Be Me
14. Space Oddity

Side 4:
15. Diamond Dogs
16. Big Brother
17. Time

Side 5:
18. The Jean Genie
19. Rock ‘n’ Roll Suicide
20. John, I’m Only Dancing (Again)



Bowpromo

01. Oh! You Pretty Things
02. Eight Line Poem
03. Kooks
04. It Ain’t Easy
05. Queen Bitch
06. Quicksand
07. Bombers/Andy Warhol Intro
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Dim 19 Mar 2017, 09:55

Hammersmith Odeon, 3rd June 1973
David Bowie

par Aurélien Noyer le 17 mai 2010

Dans le cadre d’une série sur les plus grands concerts de l’histoire du rock, voici la quatrième pierre d’un édifice qui s’annonce imposant. Cette semaine donc, David Bowie alias Ziggy Stardust monte sur la scène de l’Hammersmith Odeon le 3 juin 1973 et à la surprise générale, il annonce que c’est le dernier concert qu’il fera.

En sortant de l’Hammersmith Odeon, c’est peu dire qu’Alan avait le moral à zéro. Pourtant, il venait de voir le concert qu’il attendait depuis des mois, le concert de son idole ; il s’était même maquillé pour l’occasion, se traçant un éclair argenté sur le visage comme lui, comme Ziggy. Certains l’appelaient David Bowie, mais Alan savait que son vrai nom était Ziggy Stardust, l’extraterrestre qui faisait un seppuku rock’n’roll chaque jour sur sa platine avant de renaître sous la forme d’un génie à moitié fou nommé Aladdin Sane. Ce concert, Alan l’avait imaginé dans les moindres détails : les costumes et les maquillages de Ziggy, la fellation simulée sur le guitariste Mick Ronson, les postures félines. Collectionnant les photos de l’androgyne dans NME et Melody Maker, il ne lui manquait plus que de le voir en live, de le voir bouger en vrai et mourir sur scène. Comme les autres kids de Bromley, il avait claqué ses économies pour se payer la place de concert, sans compter les fringues glam et le maquillage ; autant dire qu’il attendait énormément de ce concert, mais jamais il n’aurait pu imaginer ça. Qu’avait-il dit déjà ? « Ce show restera longtemps dans nos mémoires, pas seulement parce que c’est la fin de la tournée, mais parce que c’est le dernier show que nous ferons jamais. » Impossible de décrire les cris de désarroi d’Alan et des fans autour de lui...

En tout cas, voilà qui représentait une aubaine pour James Desmond. C’était un peu à contre cœur qu’il s’était retrouvé au lieu de tous ces gamins peinturlurés, mais bon... Apparemment, le patron était à fond dans tout ce cirque glam-rock, et quand le patron s’appelle D.A. Pennebaker, l’homme qui a filmé Dylan et Hendrix, s’il vous demande de filmer un mec avec un maquillage ridicule et qui change de costume toutes les trois chansons, vous le faites du mieux possible. Et donc James Desmond s’appliquait à filmer ce concert, et peu importe si cet espèce de séquence de mime exécutée par Bowie pendant The Width Of The Circle ou la chorégraphie avec le guitariste de Moonage Daydream déclenchait surtout de l’incrédulité chez lui. De toute façon, RCA, le label de l’énergumène en costume japonais, voulait filmer un concert, et ils payaient bien, parce qu’il se murmurait que ça pourrait bien être le dernier : de quoi rajouter un peu d’enjeu à l’exercice. Et puis, voyons le bon côté des choses, les filles étaient plus jolies que les hippies mal fagotées de Monterey et il avait bien aimé la reprise du My Death de Mort Shuman [1], et puis l’intervention de Jeff Beck aussi...

Ce satané Jeff Beck, oui... Un excellent musicien, mais quel casse-couille !! Bien des années après ce fameux « dernier concert », tel était du moins l’avis de Tony Visconti. Il était en train de mixer les bandes de ce show mythique et il y avait du boulot : le son était à la limite de l’audible, Mick Ronson et Trevor Bolder étaient trop loin des micros pour que leurs chœurs soient exploitables. Pourtant, RCA tenait à ce que le concert puisse être disponible en disque et en vidéo, ce qui impliquait donc une petite retouche du son et même l’enregistrement de chœurs pour remplacer les originaux. Et voici donc David et Tony en studio en 1981, huit ans après les évènements, pour réenregistrer certains passages un peu délicats au niveau de la justesse [2]. Et voilà que la nouvelle tombe : Jeff Beck ne veut figurer ni dans le film ni dans le disque correspondant. En guise de raisons, uniquement de vagues explications. Il ne serait pas satisfait de sa performance de ce soir-là, il trouverait que sa boucle de ceinture était finalement de mauvais goût, les royalties ne seraient pas assez élevées pour lui. Au final, personne n’a jamais su pourquoi, mais quoi qu’il en soit, tant pis pour lui, son apparition durant le deuxième rappel sera perdue. Autant pour le medley The Jean Genie/Love Me Do et Round and Round...

D’ailleurs, c’est également à Jeff Beck que Trevor Bolder pensait alors qu’il enregistrait sa partie de basse pour Shapes Of Things -reprise des Yardbirds oblige. Après tout, ce fameux 3 juin 1973, ce « dernier concert », ce n’était que quelques semaines plus tôt, aussi se souvenait-il parfaitement de sa réaction au moment du petit discours de David. « What the fuck ?? Le dernier concert que nous ferons jamais ?? C’est quoi, ces conneries ?! » Le dernier concert des Spiders From Mars... il aurait bien aimé être mis au courant avant le tout dernier rappel. En y réfléchissant, Mick Ronson devait être au courant, lui. Ça faisait quelque temps que lui et Tony DeFries discutait à propos d’une éventuelle carrière solo du guitariste. En tout cas, il avait été rassuré de savoir que ce concert ne signait pas l’arrêt de la carrière de Bowie, seulement la fin du personnage de Ziggy Stardust, et donc des Spiders From Mars en tant que groupe. Annulant tous les concerts qui devaient suivre l’Hammersmith Odeon, David avait foncé en studio pour enregistrer un album de reprises et avait donc permis celui qui était son bassiste depuis deux ans de tenir la quatre-cordes une dernière fois sur ce Pin Ups, disque auquel était destiné Shapes Of Things qui l’occupait présentement. Ironiquement, Woody Woodmansey avait été remplacé par Aynsley Dunbar derrière les fûts, lui qui, malgré l’amertume de n’avoir pas été mis au courant, avait accepté de participer au « Last Supper », cette fête de « départ à la retraite » improvisée le lendemain dans un des restaurants les plus chers de Londres, le Café Royal. La rumeur prétend que Woody avait passé la soirée à essayer de savoir s’il allait rester le batteur de David. A ce niveau-là, Trevor avait-il au moins gardé sa fierté et refusé d’assister à cette mascarade.

Tout le contraire de Mick Rock, qui n’aurait raté cette soirée pour rien au monde. C’est peu dire que toutes les stars londoniennes étaient au rendez-vous : Jeff Beck, Ringo Starr, Ryan O’Neal, Lou Reed et Barbara Streisand étaient là ; même Mick Jagger avait fait le déplacement. Sachant que dans leur coin tous les journalistes présents devaient être en train d’écrire leurs articles, que le New Musical Express ne se priverait pas d’en faire sa Une : « Bowie prend sa retraite ! » C’était à n’en pas douter l’évènement de l’année, et être présent à cette soirée était le rêve de tout photographe londonien, mais même au milieu de ce Who’s Who, celui qui attirait tous les regards et toutes les attentions, c’était Bowie, chacun essayant de comprendre. Arrêtait-il vraiment ? Qu’avait-il voulu dire ? Quelles étaient les raisons d’une telle déclaration ?

Tellement de gens voulait savoir, pourtant l’explication était assez simple. Au terme d’une tournée épuisante, David en avait marre, marre d’incarner à longueur de temps ce fichu Ziggy Stardust qui l’avait certes conduit au succès, mais qui commençait à prendre une place trop envahissante, marre aussi de voir son manager Tony DeFries accumuler les dates de concerts les unes après les autres. Cela faisait déjà un moment qu’il pensait à arrêter un moment avec éventuellement ces fameux concerts du 2 et 3 juin en guise de déclencheur : de retour d’une tournée américaine, auréolé de gloire, une apothéose rêvée pour tuer Ziggy une bonne fois pour toutes. Juste avant d’entrer en scène, il se sentait déjà prêt : le concert du 2 juin s’était bien passé et pour ouvrir ce deuxième concert londonien, Mick Garson avait accepté de se lancer dans une longue improvisation en piano solo sur Space Oddity, Ziggy Stardust, John, I’m Only Dancing et Life On Mars. Le déroulement du concert n’avait alors fait que renforcer sa détermination. Bien évidemment, les tubes Ziggy Stardust, Life On Mars, Suffragette City avaient toujours les faveurs du public, mais même les reprises de Brel ou de White Light/White Heat du Velvet Underground avaient atteint les kids, et puis ce rappel avec Jeff Beck... Tout était prêt pour un véritable Rock’n’Roll Suicide et en quelques secondes tout était dit : « Ce show restera longtemps dans nos mémoires, pas seulement parce que c’est la fin de la tournée, mais parce que c’est le dernier show que nous ferons jamais. » Les concerts suivants allaient être annulés, offrant ainsi à David l’occasion d’enregistrer cet album-hommage au Swinging London dont il rêvait. Et ensuite ? Ensuite peu importe... Ziggy était mort, une nouvelle ère s’ouvrait. [3]
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 23 Mar 2017, 19:52


Rédigé le Jeudi 23 Mars 2017 à 15:28 modifié le Jeudi 23 Mars 2017
Team Rockawa

David Bowie aurait-il cautionné une montre à son effigie ?

David Bowie aurait-il cautionné une montre à son effigie ? La question mérite d'être posée tandis qu'une marque suisse vient d'annoncer la production d'une série limitée de 3.000 montre à l'effigie du chanteur.

David Bowie aurait-il cautionné une montre à son effigie ? La question mérite d'être posée tandis qu'une marque suisse vient d'annoncer la production d'une série limitée de 3.000 montre à l'effigie du chanteur. C'est du reste sur le Twitter officiel que la publicité a été émise hier, indiquant que David Bowie avait servi "d'inspiration" à la célèbre marque d'horlogerie suisse. L'éclair d'Aladdin Sane marque effectivement le chiffre 12 sur le modèle "Freelancer", tandis que le portrait iconique de Terry O'Neill, datant de 1974, figure sur un autre modèle.
Si le fait de rendre hommage à David Bowie à l'aide d'une série de timbres spécialement créés à son effigie avait été saluée par les fans, pas sûr que cette nouvelle tentative soulève autant d'enthousiasme…



Source : Rockawa
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 25 Mai 2017, 21:05

Publié en triple vinyle à l'occasion de la dernière édition du Disquaire Day, Cracked Actor - Live In Los Angeles 74 sera disponible le 16 juin en édition 2CD accompagnée d'un livret de 12 pages reprenant le programme original du show du L.A Amphitheatre et un article contemporain sur les concerts des Philly Dogs rédigé par Richard Cromelin et publié le 10 octobre 1974 dans Rolling Stone. Ces deux documents ne figuraient pas dans l'édition vinyle.



Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Ven 26 Mai 2017, 10:06

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 67040
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Mer 12 Juil 2017, 21:14

Sortie le 29 septembre d'un magnifique coffret (1977-1982) :



https://www.rtbf.be/classic21/article/detail_nouveau-box-david-bowie-1977-1982?id=9658282

Par contre, j'attendrai un peu car il y aura forcément une sortie complète du Stage en LP.


Avis aux fans de David Bowie, un box centré sur les albums des années 1977-1982 est annoncé.


David Bowie avait entamé ces rééditions de son vivant, et dans la foulée des boxes " Five Years " et " Who Can I Be Now ", " A New Career In A New Town " contiendra la trilogie berlinoise avec les albums ‘Lodger’, “Heroes” et ‘Low’, en plus, notamment, du classique ‘Scary Monsters (And Super Creeps)’ .

Cette sortie est prévue pour le 29 septembre, avec 11 cds, 13 vyniles, l’Ep ‘BAAL’,  la compilation Re:Call 3 qui rassemble les singles non-sortis sur album, les versions singles et les faces B, mais aussi les originaux et remixes 2017 de l’album " Stage ".

Voici tous les détails:

LOW

Released on RCA PL 12030 (U.K.) / CPL1-2030 (U.S.) on 14th January, 1977.

Side 1
1. Speed Of Life
2. Breaking Glass
3. What In The World
4. Sound And Vision
5. Always Crashing In The Same Car
6. Be My Wife
7. A New Career In A New Town

Side 2
1. Warszawa
2. Art Decade
3. Weeping Wall
4. Subterraneans





“HEROES”

Released on RCA PL 12522 (U.K.) / AFL1-2522 (U.S.) on 14th October, 1977.

Side 1
1. Beauty And The Beast
2. Joe The Lion
3. “Heroes”
4. Sons Of The Silent Age
5. Blackout

Side 2
1. V-2 Schneider
2. Sense Of Doubt
3. Moss Garden
4. Neuköln
5. The Secret Life Of Arabia


“HEROES” E.P.


Side 1
1. “Heroes”/”Helden” (German album version)
2. “Helden” (German single version)

Side 2
1. “Heroes”/”Héros” (French album version)
2. “Héros” (French single version)



The David Bowie ‘A New Career In A New Town’ vinyl box set



STAGE (Original)

Released on RCA PL 02913 (U.K.) / CPL2-2913 (U.S.) on 8th September, 1978.

Side 1
1. Hang On To Yourself
2. Ziggy Stardust
3. Five Years
4. Soul Love
5. Star

Side 2
1. Station To Station
2. Fame
3. TVC 15

Side 3
1. Warszawa
2. Speed Of Life
3. Art Decade
4. Sense Of Doubt
5. Breaking Glass

Side 4
1. “Heroes”
2. What In The World
3. Blackout
4. Beauty And The Beast



STAGE (2017)
Side 1
1. Warszawa
2. “Heroes”
3. What In The World

Side 2
1. Be My Wife
2. The Jean Genie *
3. Blackout
4. Sense Of Doubt

Side 3
1. Speed Of Life
2. Breaking Glass
3. Beauty And The Beast
4. Fame

Side 4
1. Five Years
2. Soul Love
3. Star
4. Hang On To Yourself
5. Ziggy Stardust
6. Suffragette City *

Side 5
1. Art Decade
2. Alabama Song
3. Station To Station

Side 6
1. Stay
2. TVC 15

* Previously unreleased



LODGER

Released on RCA PL 13254 (U.K.) / APL1-3254 (U.S.) on 18th May, 1979.

LODGER (2017 Tony Visconti mix)
Side 1
1. Fantastic Voyage
2. African Night Flight
3. Move On
4. Yassassin (Turkish for: Long Live)
5. Red Sails

Side 2
1. D.J.
2. Look Back In Anger
3. Boys Keep Swinging
4. Repetition
5. Red Money
Nouveau box David Bowie 1977-1982
Nouveau box David Bowie 1977-1982 - © Tous droits réservés



SCARY MONSTERS (AND SUPER CREEPS)

Released on RCA BOWLP 2 (PL 13647) (U.K.) / AQL1-3647 (U.S.) on 12th September, 1980.

Side 1
1. It’s No Game (Part 1)
2. Up The Hill Backwards
3. Scary Monsters (And Super Creeps)
4. Ashes To Ashes
5. Fashion

Side 2
1. Teenage Wildlife
2. Scream Like A Baby
3. Kingdom Come
4. Because You’re Young
5. It’s No Game (Part 2)

RE:CALL 3
Side 1
1. “Heroes” (single version)
2. Beauty And The Beast (extended version)
3. Breaking Glass (Australian single version)
4. Yassassin (single version)
5. D.J. (single version)

Side 2
1. Alabama Song
2. Space Oddity (1979 version)
3. Ashes To Ashes (single version)
4. Fashion (single version)
5. Scary Monsters (And Super Creeps) (single version)

Side 3
1. Crystal Japan
2. Under Pressure (single version) – Queen and David Bowie
3. Cat People (Putting Out Fire) (soundtrack album version)
4. Peace On Earth/Little Drummer Boy * – David Bowie and Bing Crosby
* mono

Side 4
Bertolt Brecht’s Baal
1. Baal’s Hymn
2. Remembering Marie A.
3. Ballad Of The Adventurers
4. The Drowned Girl
5. The Dirty Song



The running order for Re:Call 3 CD differs from the vinyl version

1. “Heroes” (single version)
2. Beauty And The Beast (extended version)
3. Breaking Glass (Australian single version)
4. Yassassin (single version)
5. D.J. (single version)
6. Alabama Song
7. Space Oddity (1979 version)
8. Ashes To Ashes (single version)
9. Fashion (single version)
10.Scary Monsters (And Super Creeps) (single version)
11.Crystal Japan
12.Under Pressure (single version) – Queen and David Bowie

Bertolt Brecht’s Baal
13.Baal’s Hymn
14.Remembering Marie A.
15.Ballad Of The Adventurers
16.The Drowned Girl
17.The Dirty Song
18.Cat People (Putting Out Fire) (soundtrack album version)

19.Peace On Earth/Little Drummer Boy * – David Bowie and Bing Crosby
* mono

Sortie le 29 septembre d'un magnifique coffret (1977-1982) :



https://www.rtbf.be/classic21/article/detail_nouveau-box-david-bowie-1977-1982?id=9658282

Par contre, j'attendrai un peu car il y aura forcément une sortie complète du Stage en LP.

Merci à Ted pour l'info !!!!! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Alvin
Heaven And Hell
avatar

Nombre de messages : 7139
Age : 60
Localisation : Centre Bretagne
Date d'inscription : 20/11/2010

MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   Jeu 13 Juil 2017, 06:36

C'est bien mais c'est des rééditions, j'ai déjà ces albums depuis le début de leur sortie !!

_________________
Le bien connu site de téléchargement de musique "ITunes" a annoncé que "13" est l'album métal de l'année 2013
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DAVID BOWIE   

Revenir en haut Aller en bas
 
DAVID BOWIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» TOP 10 TITRES DAVID BOWIE
» David Bowie
» David Bowie
» David Bowie
» David Bowie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Sabbath :: Hors Black Sabbath :: Musique non Sabbath-
Sauter vers:  
Les forums partenaires