Forum de discussions autour de Black Sabbath
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 JETHRO TULL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Truc
Children Of The Grave


Nombre de messages : 405
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Sam 05 Sep 2009, 14:03

Ni en Espagne, ni en Belgique, ni aux Pays-Bas, ni dans les pays Nordiques, pas de date au Canada il me semble... Ça console? :,:
Revenir en haut Aller en bas
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Lun 12 Sep 2011, 09:03


Deux dates sont prévues en France à l'occasion desquelles le Tull interprètera l'intégralité de Thick As A Brick :

Ian Anderson Announces the Thick As A Brick Tours for 2012.

Ian Anderson performs Thick As A Brick in its entirety for the first time since 1972, going out for a world tour commencing in the UK in Mid-April. Then, it's on to European countries in the late Spring and Summer before landing in the USA for two tours spanning September, October and early November.

This tour will feature a more theatrical production with video, additional musicians and a troupe of dancing elephants. (Just kidding about the dancing elephants: they don't dance.,...)

November :
17 Amnéville, France Galaxie TBC
18 Paris, France Olympia

Merci à Fredlord !!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Jeu 17 Mai 2012, 11:10

Ian Anderson souhaite enregistrer un album de hard rock :

Jethro Tull’s Ian Anderson Plans To Record ‘Hard Rock’ Album
by: Matt Wardlaw Yesterday

Mark Metcalfe, Getty Images

Jethro Tull’s Ian Anderson is currently promoting his solo sequel to the band’s classic ‘Thick As A Brick’ album, but as he revealed in a recent interview, he’s got quite a few other projects in mind as well.

Speaking with the Morton Report, Anderson shared plans for three new projects that are on his radar at the moment. First on deck and perhaps the most predictable, he aims to re-work classics from the Jethro Tull catalog alongside a string quartet.

Anderson will add flute (of course!) to the renderings, and says that he’s working on the arrangement ideas with Tull keyboardist John O’Hara. Sense of humor fully on display, Anderson mused that the new versions “will be played at people’s weddings and funerals.”

Idea number two finds the veteran Jethro Tull frontman planning a more traditional singer/songwriter type release, but he’ll also look to follow that by adding some real volume to his workload. In fact, Anderson jokes that for his third project idea, he’ll aim to justify that “hard rock/heavy metal Grammy that we [Jethro Tull] won all of those years ago.”

Calling it “kind of a hard rock album,” Anderson says that “maybe the time has come to actually say, “You know? All right, maybe we are a hard rock/metal band.” I think I’d quite like to do one that’s kind of that full-on raging music. But whether I want to another whole album, or maybe just do a big 20-minute song, I don’t know.”

Commenting on the future of his main project, Anderson told Ultimate Classic Rock that he “would never say that it is the end of Jethro Tull.”
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Dim 11 Aoû 2013, 21:29

Le 30 septembre, Martin Barre, le guitariste du Tull sort un album solo intitulé Away With Words. Celui-ci sera suivi d'une tournée UK . A noter qu'un premier concert s'est tenu hier au Fairport Cropredy Festival :

TULL’S MARTIN BARRE TO RELEASE AWAY WITH WORDS ON 30th SEPTEMBER

Jethro Tull guitarist Martin Barre has announced the release of his fourth solo album AWAY WITH WORDS, through RSK’s new label, Edifying Records on 30th September. The record will feature new arrangements of Tull material together with some brand new compositions by Barre.

With the seminal prog outfit still on indefinite hiatus, Martin Barre brings back to life some of Jethro Tull’s classics but also less known gems, with the invaluable help of engineer James Bragg. The track list features Requiem, From a Deadbeat to an Old Greaser, Moths, Home and Fire at Midnight amongst others.

“Re-arranging and representing the Tull songs featured on this album became a very pleasant and rewarding task. These lesser known songs have always been amongst my favourite pieces of music and reworking them brought back many good memories” – he confides enthusiastically. Talking about his new compositions included in the album, he says “I have written the rest of the music, hopefully with sympathy and taste. Composing and re-arranging is my passion. Bringing together the many acoustic instruments was a delight for me, but of course the electric guitar couldn’t be totally left out of the picture!” He goes on to say “This album is a fusion of my writing blended together with Ian (Anderson’s) in a continual movement of music.”

On Away With Words, multi-talented Barre plays Acoustic/Classic/Electric Guitars, Bouzouki, Mandolin, Bass, Flute & Bass Clarinet, with Dan Crisp taking care of vocals. Completing the line up are Frank Mead on Blackwood Flute, Whistles, Bodhran and Blues Harp, Jonathan Noyce on bass and George Lindsay on drums & percussion.

Track listing:

1. First Light/Moths
2. It's My Round
3. One Brown Mouse/Fatcat
4. All Bars Hold
5. Air: Lament Of the Spalpeen/Martin's Jig/Hymn
6. Pussy Willow
7. Snapshot/Paparazzi
8. Long Ago/Home
9. Fire At Midnight/From The Ashes
10. Protect & Survive
11. Spare A Thought/From A Dead Beat To An Old Greaser
12. Sundown

Martin Barre started his music career in the early 60s playing saxophone. He audition for Jethro Tull in 1969 and was handpicked by Ian Anderson to take on guitar duties from Mick Abrahams. Today he’s the longest standing member after Anderson himself, having appeared on all of their albums apart from their first. Barre is also a talented flautist, both live and on record, with Jethro Tull and solo. The quality and uniqueness of his work and a series of high profile collaborations contributed to make him one of the world’s most rated rock musicians, with his signature ‘Aqualung’ solo voted as one of the top guitar solos of all times (Guitar Player Magazine).

The album release will be followed by a European tour, UK dates as follows:

9th August Oxfordshire - Fairport Cropredy Festival
28th September Devon - Tavistock Wharf
3rd October Brighton - The Komedia
4th October London - The Borderline
5th October Banbury - The Mill
6th October Hebden Bridge - Trades Club
8th October Sheffield - The Greystones
10th October Wolverhampton - The Robin
11th October Bristol - The Tunnels
12th October Falmouth* - Blues In The Bay Festival
14th October Milton Keynes - The Stables
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
GROS FELIX
Children Of The Grave


Nombre de messages : 370
Age : 46
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Dim 11 Aoû 2013, 21:33

VU 2 FOIS AVEC JETHRO TULL; 1 SUPER GRATTEUX CE MEC

IL Y A QUELQUES MOIS , J AI VU IAN ANDERSON AU GALAXIE D AMNEVILLE, LE JEUNE GUITARISTE ALLEMAND QUI L'ACCOMPAGNE EST BIEN AUSSI MAIS PAS AUSSI INCISIF QUE LE VIEUX MARTIN....
Revenir en haut Aller en bas
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Lun 19 Aoû 2013, 21:26

Y a ça qui est sorti :

http://www.progarchives.com/album.asp?id=42221
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Sykes-Schenker
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 4332
Age : 41
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Mar 20 Aoû 2013, 11:23

merci Phil!cheers 
les concerts de 70 et 82 ont l'air excellents!
par contre j'ai plus de doute sur les deux autres!
Revenir en haut Aller en bas
http://onlygoodmusicishere.blogspot.fr
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Mar 20 Aoû 2013, 14:04

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Lun 13 Jan 2014, 08:47

Tour 2014

http://jethrotull.com/tour-dates/
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Mar 25 Fév 2014, 12:53

JETHRO TULL'S MARTIN BARRE
le vendredi 16/05/2014 à 20h30NEW MORNING New Morning
7-9 R.DES PETITES-ECURIES
75010 PARIS 10 Paris 10 FR
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Mer 23 Juil 2014, 14:45

Y a ça qui est manifestement sorti :

https://www.myplaydirect.com/jethro-tull?utm_medium=post&utm_source=facebook&utm_content=jethro%20tull%20d2c%20promote%20eagle%20rock&utm_campaign=jethro%20tull%20d2c%20promote%20eagle%20rock&cid=lg:19n9
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Sam 31 Oct 2015, 22:51

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Lun 27 Mar 2017, 18:24


Interview
Jethro Tull : Ian Anderson revoit ses classiques
lundi, 27 mars 2017 à 12:48 par Philippe Sliwa

Que vous ayez suivi assidûment la carrière de Jethro Tull et de Ian Anderson, que vous ne connaissiez que le culte Aqualung ou que vous soyez totalement novice, l’écoute de ce The String Quartets sera une découverte. Car même les inconditionnels y entendront une nouvelle perspective sur cette longue carrière, sous l’angle de la musique classique.

Redécouvrir et se redécouvrir est donc le thème central de la démarche de ce disque que nous avons évoqué avec Anderson, un musicien qui, comme son oeuvre le suggère, garde l’esprit le plus ouvert possible musicalement, mais pas que, comme en témoigne par exemple sa passion pour les églises chrétiennes malgré le fait qu’il ne soit pas croyant. Un artiste pour qui l’éthique, notamment en ce qui concerne le paiement de ses impôts, est primordiale et Dieu sait si ce thème est d’actualité…



« Je ne suis pas chrétien, mais je suis un grand défenseur du christianisme et un grand adepte de la nature physique des églises en termes d’architecture, d’histoire et d’esthétique. »

Radio Metal : The String Quartet est un album constitué de titres classiques de Jethro Tull joué avec un quatuor à cordes. Peux-tu nous parler de ta relation à la musique classique ?

Ian Anderson (chant, flûte, guitare) : Je suppose que ça remonte à lorsque j’étais enfant, j’ai entendu un peu de musique classique à la radio et je m’y suis intéressé lorsque j’allais à l’école, et puis lorsque j’ai commencé à jouer du jazz et du blues, lorsque j’étais adolescent j’ai laissé ce monde derrière moi pendant un petit moment. Mais arrivé à la fin 1968, lorsque j’enregistrais une chanson qui s’appelle « A Christmas Song », j’ai décidé de faire appel à un quatuor à cordes et j’ai toujours plutôt aimé le son du quatuor à cordes. C’était donc ma première expérience à travailler avec un quatuor à cordes, c’était en 1968, et d’ailleurs, j’ai mis cette chanson sur l’album The String Quartet qui s’apprête à sortir. C’est un petit rappel sentimental sur comment ma relation aux instruments orchestraux a commencé il y a toutes ces années. Mais avec le temps, j’ai souvent fait appel à des quatuors à cordes sur scène et puis en enregistrant de petits orchestres, et je donne occasionnellement des concerts avec des orchestres symphoniques. Et le lien avec la musique classique s’est fait graduellement à mesure que nous évoluions car sur le second album, Stand Up, j’ai enregistré un morceau composé par J.S. Bach qui s’appelle « Bourrée ». C’est un genre de morceau de musique conventionnel basé sur une danse française traditionnelle qui s’appelle la bourrée. De nombreux compositeurs ont composé une bourrée mais la célèbre bourrée de Bach composée pour le lute et transcrite plus tard pour la guitare classique est un morceau que j’ai appris. Je le joue encore aujourd’hui sur scène, il est depuis longtemps associé à Jethro Tull.

D’ailleurs, de façon générale, Bach semble avoir été une de tes influences principales en musique classique…

Probablement parce que c’est le premier morceau de musique que j’ai utilisé. Je veux dire que je ne l’ai pas joué correctement, exactement comme il a été écrit, je n’ai joué qu’une petite fraction du morceau, mais je l’ai utilisé dans un style jazzy syncopé et par la suite, évidemment, j’ai pas mal écouté certains des premiers compositeurs, surtout Beethoven. J’ai enregistré et joué des morceaux de musique qui ont été écris par Mozart et quelques autres compositeurs aussi, mais Bach et Beethoven sont probablement mes deux compositeurs préférés.

Comment décrirais-tu ta collaboration avec John O’Hara sur cet album ?

Nous faisons ce que nous faisons toujours. Nous nous posons et parlons à propos des choses. C’est un musicien qui a une formation classique donc il travaillait sur de nouveaux arrangements pendant que nous parlions et discutions de choses, et nous décidions qui allait jouer quelle partie. Parce que je ne voulais pas être au centre de cet album et parce que d’habitude je jouais la ligne mélodique principale à la flute, je pensais qu’ici ce serait sympa que la plupart du temps on donne la ligne principale au premier violon, et moi je trouverais d’autres choses à jouer, une contre-mélodie, ou une harmonie ou quelque chose de différent. Donc ma contribution est vraiment en soutien du quatuor à corde. Je voulais que ce soit un album de quatuor à cordes, avec un peu de moi en plus mais sans en faire un album de flute ou de chant avec un quatuor à cordes dans le fond, et je ne voulais certainement pas en faire un album de groupe avec un quatuor à cordes dans le fond. J’ai déjà très souvent fait ça par le passé, donc pour cette fois la flute était censée être [un peu en retrait]. Le focus était sur le quatuor à cordes et j’ai eu la chance de trouver le Carducci Quartet qui est un groupe de jeunes musiciens vraiment excellents, très expérimentés, qui jouent ensemble depuis le lycée.

Est-ce que quelque part le but de cet album serait de réconcilier le rock et la culture classique ?

Pas vraiment, il n’y avait aucun but particulier. Nous essayions juste d’exprimer une partie de ma musique d’une façon différente, simplement pour, j’imagine, me démontrer que l’essence d’une mélodie et d’une harmonie peut être exprimée de différentes manières stylistiques. C’est ça ce que nous avons cherché à faire et, dans certains cas, peut-être que c’est mieux réussi que d’autres, mais je n’essaie pas de réunir consciemment quelque sorte de musique que ce soit. J’essaie juste de faire en sorte que la musique se tienne d’elle-même et de la réaliser via une instrumentation différente et un style musical différent.

John a dit qu’il était important pour lui de créer de nouvelles versions de ces chansons et pas seulement des reprises avec un quatuor à cordes. Et à la fois, il disait qu’il voulait rester fidèle à ta musique. Du coup, comment trouver le bon équilibre ?

Dans certaines chansons, nous étions un peu plus aventureux et pour d’autres, nous jouions plus proches de l’original. Dans quelques cas, nous avons grosso-modo réenregistré les versions originales. Certaines chansons étaient déjà très poignantes grâce au quatuor à corde de l’enregistrement original. Et donc je ne voulais pas les changer, c’est tout. Mais il y a certaines chansons que nous avons beaucoup changées, et d’autres peu. Il n’y a pas de règle, ce n’est pas une production d’usine donc chaque chanson devait être traitée différemment suivant la nature de la mélodie et la façon dont le morceau fonctionne. Nous avons essayé de rendre chacun différent dans notre approche.

L’album a été enregistré dans la crypte de la Cathédral Worcester et l’église St. Keneln. Pourquoi avoir opté pour ces lieux et quel a été l’impact en terme de son ?

Le choix était vraiment parce que je ne voulais pas simplement l’enregistrer dans un studio d’enregistrement, sans atmosphère. Je recherchais, pas forcément une ambiance acoustique, mais plutôt une ambiance spirituelle. Je voulais un endroit où je me sente bien. J’ai passé pas mal de temps dans des églises parce que je fais des concerts de Noël dans de supers cathédrales et quelques églises, et lorsque je voyage à travers le monde j’aime voir les églises et cathédrales lorsque je visite une ville. Je ne suis pas chrétien mais je suis un grand défenseur du christianisme et un grand adepte de la nature physique des églises en termes d’architecture, d’histoire et d’esthétique. Ces esthétiques s’étendent à ce type d’atmosphère spirituelle dont, je pense, nous pouvons profiter, que l’on soit chrétien ou pas. On peut toujours ressentir un grand sentiment d’inspiration et d’émerveillement en étant dans ces merveilleux et magnifiques bâtiments, et c’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’enregistrer dans ce genre de lieu. En fait, c’était bien plus difficile d’enregistrer dans ce type d’atmosphère que de travailler dans un studio, parce que nous avions constamment des problèmes avec des bruits provenant de diverses sources extérieures. L’acoustique qu’on obtient peut ne pas sonner si bien que ça, et donc c’était un boulot bien plus difficile d’enregistrer dans l’église et la cathédrale, mais je suis content que nous l’ayons fait parce que je trouve que nous avons bénéficié de l’atmosphère, d’un point de vue musical.

« On n’a pas tellement progressé, et ce n’est pas une mauvaise chose, ce n’est pas une condamnation, une critique, c’est juste voir la réalité en face. Si ça avait trop changé, ce ne serait plus du rock. »

Tu as déclaré que cet album est « parfait pour les longs après-midis paresseux sous le soleil, les nuits d’hivers bien fraîches, les mariages et les funérailles. » Est-ce que tu apprécies particulièrement créer ces émotions et sentiments paradoxaux dans ta musique ?

Faire de la musique, c’est communiquer une émotion sensible en racontant une histoire, voire en peignant une image via la musique, et je pense que cette musique est quelque chose que tu contemples, à laquelle tu penses. Ce n’est pas de la musique sur laquelle danser, ce n’est pas de la musique pour sauter comme on le ferait dans un concert de heavy metal, c’est de la musique que tu ressens et à laquelle tu t’associes peut-être plus de façon émotionnelle et pensive, ce qui explique pourquoi j’ai parlé en blaguant de mariages et de funérailles. Mais ça pourrait être n’importe quand lorsque tu t’installes à ton aise pour écouter de la musique et laisse la musique t’atteindre. Comme je l’ai dit, ce n’est clairement pas de la musique pour danser, ce n’est pas de la musique pour faire la fête, c’est sûr.

Un jour tu t’es comparé à « un bon maçon polonais », disant : « Je peux réparer ta plomberie, poser la moquette, réparer ton toit… Je suis le gars qui peut avec fiabilité faire un peu de ceci, un peu de cela. » Penses-tu que ce soit justement ce que les gens aiment dans Jethro Tull ? Le fait qu’ils peuvent te faire confiance pour leur offrir une grande variété de bonne musique et d’émotions ?

Eh bien, je ne connais pas la réponse à cette question mais j’espère que c’est ce qu’ils ressentent, oui. Pour moi, en tant que musicien, c’est important de ne pas faire qu’une seule chose constamment, mais d’avoir une façon plus éclectique et variée de présenter ma musique. Les chansons [sur mes albums] sonnent assez différentes les unes des autres. J’ai été voir l’un des ultimes concerts de Black Sabbath il y a tout juste quelques semaines à Londres. En fait, je n’avais jamais vu Black Sabbath jouer en concert donc ça m’intéressait pas mal de voir ce qu’ils faisaient, et je ne connaissais pas beaucoup de leurs musiques. Mais la chose qui m’a vraiment frappé est que certaines chansons sonnaient très similaires, et il y a avait très peu d’espace où la musique pouvait aller, en termes sonore, en raison de la nature des musiciens et la façon dont ils jouent. C’est comme ça, mais je connais un peu Tony Iommi, et je sais que son intérêt dans la musique est bien plus vaste, il aime plein de types d’instruments différents et différentes approches musicales, mais Black Sabbath est célèbre pour faire un certain type de choses et c’est ce qu’ils jouent lorsqu’ils font des concerts, ou faisaient puis qu’ils n’existent plus. Mais je ne pense pas que j’apprécierais être dans un groupe qui joue tout le temps de la même façon, au même volume, avec les mêmes sons, et le même accent musical, je pense que je me sentirais piégé dans un genre musical.

Tu as une fois déclaré que le « rock n’a pas tellement évolué en cinquante ans », et qu’un groupe comme Muse n’est pas si différent de ce qui se faisait dans les années 70. Qu’est-ce que tu voulais dire par là ?

Je parle d’un point de vue musicologique, c’est-à-dire que lorsque tu analyses la structure du rock tel qu’il était, disons lorsque qu’il a émergé et qu’on a appelé ça du rock à la fin des années soixante, je pense qu’au niveau mélodique et harmonique, il avait à l’époque, et encore aujourd’hui dans une certaine mesure, ses racines dans le blues et dans une certaine mesure dans le rock n’ roll, cette forme de musique très américaine des années cinquante. Mais je ne pense pas que ça ait évolué de la même façon que ça a évolué au cours des dix premières années. Le rock n’ roll de la fin des années soixante à la fin des années soixante-dix s’est très rapidement développé et c’est devenu une forme de musique bien plus riche à cause de nombreuses et diverses influences venant d’ailleurs. Donc tu avais des sous-genres comme le folk rock et le prog rock, mais il y avait une énorme explosion de créativité qui s’est produit à cette période. Je ne crois pas qu’il soit raisonnable de penser que ceci puisse continuer, et ça n’a pas continué. On a vu une autre petite révolution, je suppose, avec la révolution technique des synthétiseurs, de la synthèse digitale et de l’enregistrement digital dans les années quatre-vingt, mais la chose qui a motivé le rock était les changements techniques. En premier lieu, l’invention de la guitare électrique et l’orgue Hammond, donc on parle vraiment, en termes pratique, des années cinquante ; c’est ça qui a motivé les origines du rock. Les guitares Fender et Gibson et les amplis Marshall, c’est ça qui a motivé le rock, ça permettait aux jeunes musiciens de faire ces bruits et créer cette puissante forme de musique. Mais que vois-tu lorsque tu vas à un concert de rock aujourd’hui ? Tu vois des guitares Fender et Gibson et des amplis Marshall, ou d’autres amplis dans le même genre, car presque tous les amplis à lampe ont le même genre de design que Marshall a créé dans les années soixante. Pas grand-chose n’a changé au niveau technologique, et musicalement, on a affaire au même genre d’idées mélodiques et harmoniques, et au niveau des paroles, c’est toujours les mêmes vieux trucs ! On n’a pas tellement progressé, et ce n’est pas une mauvaise chose, ce n’est pas une condamnation, une critique, c’est juste voir la réalité en face. Si ça avait trop changé, ce ne serait plus du rock. Donc dans les groupes de rock d’aujourd’hui, les jeunes groupes ne sonnent pas si différents des groupes des années soixante-dix, quatre-vingt ou quatre-vingt-dix, par rapport à quel point les groupes sonnaient différent en 1975 par rapport à 1965. C’était un énorme changement ! Depuis lors, les quarante années qui ont suivi, les choses n’ont pas changé aussi rapidement, ou pas autant. Et je ne pense pas qu’on pourrait s’attendre à ce qu’elles le fassent. On travaille toujours de la même façon, avec les mêmes instruments musicaux. Si tu mets tes mains sur une guitare Gibson, tu la branches dans un ampli puissant et joues un accord de Mi, ça sonnera exactement comme ça sonnait à la fin des années soixante.

Pour finir, tu as souvent déclaré qu’il était important pour toi de payer tes impôts. Penses-tu que les musiciens et artistes ont tendance à oublier qu’ils sont comme les autres et qu’ils font parti de la société ?

Je pense qu’il y a plein d’artistes qui sont traditionnellement come des stars de cinéma, comme certains politiciens, comme plein de riches industriels, il se cassent énormément la tête pour éviter de payer des impôts. Pas pour le faire illégalement, mais pour faire tout ce qu’ils peuvent pour réduire le feuille d’impôts. Je pense qu’il faut avoir une vision éthique lorsqu’on paye nos impôts. Mon point de vue est que je devrais payer mes impôts de la même façon que tu paies tes impôts. Même si je gagne dix ou vingt fois plus d’argent, je devrais payer le même pourcentage. Je ne devrais pas payer moins ni plus, mais il y a des malins qui font des combines pour protéger leur argent aux Pays-Bas, ou au Liechtenstein, ou en Suisse, ou aux Bahamas, ou peu importe où, et je trouve que c’est immoral ! Et donc, qu’est-ce que je pense de Bono, par exemple, qui est l’un de ces très riches musiciens qui se cassent vraiment la tête pour éviter de payer des impôts ? Ma réponse est : hey, redescends sur terre, tu devrais payer tes impôts comme tout le monde, et même en faisant ça, tu auras toujours une tonne d’argent à la banque, et je trouve que c’est immoral, je trouve que ce n’est pas éthique, et je trouve que c’est une énorme honte que quiconque dans cette position se permette de faire ça. J’éprouve vraiment de la peine pour ça, mais j’ai toujours vécu dans ce pays et j’ai toujours payé mes impôts, et j’ai le sentiment que c’est quelque chose de responsable à faire. Donc c’est ce que je fais, je paie mes impôts. En gros, environ la moitié de ce que je gagne revient au système, ça paie des écoles, des hôpitaux, des services sociaux, pour que notre monde fonctionne. C’est mon rôle de payer des impôts, exactement comme j’espère que tout le monde paie des impôts. Donc oui, c’est un problème éthique pour moi. C’est comme les médecins qui font le serment d’Hippocrate pour sauver des vies, mon serment d’Hippocrate est d’être un bon membre de la société, et je paie mes impôts.

Interview réalisée par téléphone le 14 février 2017 par Philippe Sliwa.
Retranscription : Robin Collas.
Traduction : Nicolas Gricourt.



Source : Radio Metal
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 66755
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: JETHRO TULL   Dim 04 Juin 2017, 16:46



Merci à Purplexed cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JETHRO TULL   

Revenir en haut Aller en bas
 
JETHRO TULL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Jethro Tull
» Jethro Tull
» Jethro Tull
» Jethro Tull
» [Rock Progressif] Playlist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Sabbath :: Hors Black Sabbath :: Musique non Sabbath-
Sauter vers:  
Les forums partenaires