Forum de discussions autour de Black Sabbath
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 IMELDA MAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 69528
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: IMELDA MAY    Mar 04 Oct 2016, 19:46

Depuis quelques années, on la voit la p'tite Imelda. Par exemple, son album Tribal, sorti en 2014 m'enchante à chaque écoute et puis, il y a aussi sa prestation étonnante sur le live rock and roll de Jeff Beck intitulé Rock And Roll Party  et puis encore récemment, elle interprète un décoiffant You Really Got Me des Kinks pour l'anniv' de Jacques Dutronc. Y a pas à dire, elle gravit les échelons à pas de géante, la donzelle. Laughing



Intervention de Jean-Jacques Korsakissok :

L’album que je vous propose d’écouter est le dernier opus en date de la chanteuse irlandaise Imelda May.
Il s’agit d’un disque de Rockabilly.
C’est un mot valise, constitué de l’association du Rock et du Hillbilly. Le Hillbilly désigne, et plutôt de façon péjorative, les fermiers des montagnes des Appalaches à l’est de l’Amérique du Nord. Musicalement, c’est de la country western, où le violon est remplacée par la guitare. Si vous voulez avoir une idée de ce qu’a pu être ce genre de musique, je vous conseille d’écouter le disque « Missing... presumed having a good time » du groupe éphémère The Notting Hillbillies créé en 1986 par Mark Knopfler.
Il est difficile d’identifier précisément l’épicentre d’un mouvement musical. Mais, dans le cas du Rockabilly, j’ai rassemblé les indices suivants: la date le 5 juillet 1954, un lieu Memphis, un homme Sam Philipps directeur de Sun Records, et un artiste Elvis Presley avec un titre « That’s all right Mama". En 1 minute 55, les fondations sont jetées : Un groupe de Rockabilly se compose outre le chanteur, d’une guitare électrique, d’une batterie limitée au strict minimum, et d’une contrebasse. Ce séisme musical se propagera durant quatre ans avant de disparaître pendant plus de vingt ans.
Seconde vague de fond, au début des années 80 grâce aux « Stray Cats », des New-Yorkais exilés à Londres avec à leur tête le guitariste et chanteur Brian Setzer. Si le succès des titres des Stray Cats comme « Rock this Town », « Runaway Boy » continue à marquer les esprits, on a oublié que leur carrière fut brève: moins de quatre ans. Il y eu des périodes de reformation mais surtout pour des concerts.
Dans les années 2000, paraissent régulièrement des disques avec le son rockabilly: parmi mes préférés L’album « Signs & Signifiers « de J.D McPherson paru en 2012, et le dernier Brian Setzer « Rockabilly Riot : All Original » paru en 2014.
Le dernier disque de Rockabilly qui a attiré mon attention est l’album « Tribal » d’Imelda May.
De son vrai nom Imelda Mary Clabby, la chanteuse est née en 1974 dans le quartier Liberties de Dublin Irlande. Benjamine d’une fratrie de six enfants, elle baigne dans la musique de ses aînés le rock and roll de Buddy Holly, Eddie Cochran, Gene Vincent, et le Blues d’Elmore James et de Billy Holiday.
A l’âge de quatorze ans c’est le début de la gloire internationale, elle est en effet choisie pour chanter dans une publicité pour une marque de poissons panés surgelés.
Forcément après un tel succès, la suite d’une carrière musicale ne peut être qu’une longue déchéance.
À 16 ans, Imelda commence à chanter dans les clubs mais elle est parfois exclue de ses propres spectacles, car elle n’a pas l’âge légal pour y entrer. Voyant sa fille en larmes, suite à un chagrin d’amour, son père la console en lui disant. « Parfait ! Maintenant tu vas pouvoir chanter du blues. »
C’est l’expérience de ces concerts qui lui fait développer son timbre de voix unique rauque et profond.
Elle constitue un groupe de musicien et enregistre son premier album « No Turning Back »
Par une curiosité du calendrier, en 2003, le premier May « tomba le 23 juin.
Son deuxième album « Love Tatoo » la met dans la lumière. Son disque est la meilleure vente en Irlande en 2008, et elle reçoit la récompense de l’artiste féminine Irlandaise de l’année en 2009.
Trois de ces chansons font partie de la bande originale du film « Wild Target » remake anglais du film de Pierre Salvadori « Cible Emouvante »
Le guitariste Jeff Beck lui propose d’assurer les chants sur son album « Rock n Roll Party ».
Elle est également invitée dans le deuxième album de Thomas Dutronc « Silence on Tourne » sur le titre « Clint » dans un duo mélant rockabilly, jazz manouche et trompette mexicaine.
« Tribal » est le quatrième album d’Imelda May.
Il est produit par Mike Crossey, producteur britannique des deux premiers albums des Artics Monkeys, de Jake Bugg la dernière petite merveille du rock anglais, des Blood Red Shoes et du dernier album des Gastlight Anthem
La pochette donne le ton. Les codes du Rockabilly sont présents : La banane, le blouson noir, la caligraphie urbaine du titre.
Les morceaux rapides ont la part belle dans l’album, avec le titre éponyme « Tribal », « Round the Bend », « Five Good Men ». Cependant comme le veut la maxime, May fait ce qui lui plait.
Tout au long du disque on retrouve aussi des splendides ballades jazzy. Le titre « Little Pixie » fait immanquablement penser à « Sea of Love ».
Imelda se transforme en gitane Esmeralda dans le titre « The Gipsy in Me » avec une voix qui tutoie les sommets atteints par la grande Julie London.
Elle se permet de reprendre un classique de Blondie « Dreaming » accompagnée au ukulele.
Il est intéressant également de se pencher sur les textes, une chanson naive comme « It’s good to be alive » peut s’interpréter comme les paroles d’une personne malade qui cherche à se donner du courage.
« Round the Bend » est une chanson qui met en scène une dispute conjugale, avec une litanie de reproches. Il se trouve que le remarquable guitariste Darrel Higham qui l’accompagne dans le disque et sur scène, n’est autre que son mari. Depuis Gainsbourg et Birkin, je n’ai pas souvenir d’une thérapie de couple par la chanson. Cela doit être efficace car aux dernières nouvelles le couple va très bien et parents d’un petit bébé.
On trouvera également des multiples références aux films d’horreur, le clip de « It(s Good to be Aive » est un hommage à la Fiancée de Frankenstein. Une chanson s’appelle « ZombieGirl », Le titre « Hellfire Club » narre une partie de cartes dans un club où l’un des joueurs n’est autre que le Diable. Associé à un rythme country western, cela évoque inévitablement le film « Une Nuit en Enfer » de Robert Rodriguez avec Quentin Tarentino et Georges Clooney.
Le morceau que je vous propose d’écouter « Wild Woman » est typiquement Rockabilly. Resserré, il apporte à chaque musicien sa part de gloire: la batterie hystérique, la contrebasse tapissant le mur du son, la guitare en état de grâce aussi bien dans la rythmique que dans le pont musical.
Les ponts de May ont toujours été très appréciés de tous.
Et on retrouve bien sûr, la voix d’Imelda May, chaude, dynamique, s’accordant un intermède jazzy avant de repartir de plus belle.
Le fantastique n’est pas oublié car la femme sauvage se sent possédée par un loup-garou. Vous connaissez peut-être le loup Garou de Londres, je vous propose maintenant d’écouter la Louve-Garou de Dublin.

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Ted
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 2048
Age : 58
Localisation : près du lion de Waterloo
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Mar 04 Oct 2016, 19:48

j'adore le concert avec Jeff Beck
Revenir en haut Aller en bas
http://funkyjunction.forumgratuit.be/forum
Ted
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 2048
Age : 58
Localisation : près du lion de Waterloo
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Mer 05 Oct 2016, 20:02

j'aime bien son style rockabilly un peu comme STRAY CAT par moment
Revenir en haut Aller en bas
http://funkyjunction.forumgratuit.be/forum
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 69528
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Mer 05 Oct 2016, 20:47

+1
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Ted
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 2048
Age : 58
Localisation : près du lion de Waterloo
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Jeu 06 Oct 2016, 07:22

de temps en temps je me fais série de ce genre de ziq...juste de l'essentiel qui va droit au but
Revenir en haut Aller en bas
http://funkyjunction.forumgratuit.be/forum
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 69528
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Ven 07 Oct 2016, 16:00

Article paru en 2014 dans Figaroscope :

L'Irlandaise avait déjà rempli l'Olympia, il y a deux ans. La voilà de retour, après la sortie de son quatrième album,  Tribal  (Universal). La chanteuse est toujours aussi rock'n'glamour.
Source Figaroscope

Imelda May est une injure à tous les musiciens qui tentent avec conviction, mais pas toujours avec talent, de repousser les limites du rock. Sans scrupule de faire du neuf avec du vieux, cette Dublinoise, star en son pays, livre depuis 2006 des chansons estampillées années cinquante. Assez jazzy au début - la chanteuse voue une admiration sans borne à Billie Holiday -, elle a affirmé un style nettement plus rockabilly depuis ses deux derniers albums. «Le rockabilly a de fortes influences sur les musiques que je propose aujourd'hui. Je ne veux pas en faire une copie mais y puiser mes éléments favoris. Mon style est une question de mélange avant tout», dit-elle afin d'expliquer sa démarche.

Pourtant, dire qu'Imelda May n'invente rien est un peu réducteur. Elle s'en explique, d'ailleurs, rappelant que Tom Waits ou Nick Cave sont aussi passés par ses oreilles. De fait, quand elle monte sur scène en reprenant son tube du moment, Wild Woman , ou l'amusant It's Good to be Alive , dans une robe moulante et gloss rouge sang sur les lèvres, il se passe indéniablement quelque chose qui n'a pas grand-chose à voir avec le temps qui passe.
D'Elvis Presley au Londres des punks

À l'inverse d'une Amy Whinehouse fracassée par sa nostalgie, Imelda May semble portée par elle, bien plantée sur ses racines. De Nat King Cole à The Clash, revisitant Brand New Cadillac de Vince Taylor, elle dévore sans soucis la route qui mène du Memphis d'Elvis Presley au Londres des punks, retrouvant l'essence du rythme binaire à la fin des années 1970.

«Je suis la plus jeune de ma famille donc mes parents sont vraiment d'une autre génération. Je viens d'une famille très musicale avec de bonnes oreilles et de bonne référence. J'ai vraiment eu de la chance de ce côté-là. Mon père et ma mère adoraient Louis Armstrong et Glenn Miller.»

Autre atout: la jeune femme a une maîtrise de la scène quasi historique. À quatorze ans, elle suivait ses sœurs dans leurs prestations et à seize, elle montait déjà sur scène soutenue par son papa. En Irlande, la musique est une affaire de famille et il traîne toujours un piano quelque part dans la maison. C'est là que sa passion s'est construite. Un soir où elle pleurait à chaudes larmes avant d'affronter les feux de la rampe, son père lui glisse «Tu es malheureuse? Alors tu vas bien chanter les blues!» L'anecdote explique son parcours.

Pour elle, la partie n'était pas gagnée d'avance. Il lui a fallu une belle force de caractère pour imposer son style. «Au début, on m'a dit que si je voulais avoir du succès, je devais changer. On m'a dit débarrasse-toi du rockabilly, ce qui me semblait fou parce que je m'en inspire beaucoup.» Mais c'est en faisant fi de ces remarques qu'Imelda May a tracé son bonhomme de chemin.

Au final, entourée d'un combo impeccable pour le genre, toute contrebasse et guitare Gretsch dehors, la chanteuse renvoie chacun à son cerveau reptilien et au plaisir de se déhancher en claquant des doigts. De ce point de vue, cette soirée s'annonce comme le meilleur rendez-vous de la semaine pour repartir avec la banane… et pas seulement dans les cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 69528
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Dim 12 Mar 2017, 22:59

La belle Imelda revient le 7 avril avec la sortie d'un nouvel album intitulé Life, Love, Flesh, Blood :



Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 69528
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Mar 25 Juil 2017, 10:30

Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Sykes-Schenker
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 4542
Age : 41
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: Re: IMELDA MAY    Mar 25 Juil 2017, 18:34

cheers cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://onlygoodmusicishere.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IMELDA MAY    

Revenir en haut Aller en bas
 
IMELDA MAY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Darrel HIGHAM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Sabbath :: Hors Black Sabbath :: Musique non Sabbath-
Sauter vers:  
Les forums partenaires