Forum de discussions autour de Black Sabbath
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BLACK SABBATH dans la presse

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
AuteurMessage
Tangmo
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 1766
Age : 51
Localisation : rodez
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Lun 01 Jan 2018, 13:36


CHRONIQUE DE PHILIPPE MANOEUVRE MAGAZINE ROCK&FOLK OCTOBRE 1975 N° 105 Page 94/96
6° Album 1975 33T Réf : Vertigo 6366115
Hey ? Qui est-ce qui .... Eux, de retour ? Non, c'est impossible, non, je n'aurais jamais ..... SI, C'EST BLACK SABBATH !
Le début de cet album est terrifiant. Hurlement démoniaque, basse frottée et larsen maîtrisé, claquement du métal, les portes de l'enfer se sont réouvertes. Et Ozzy nous explique que c'est un trou dans le ciel qu'il veut creuser. Il le fera, bien sûr. Mais Iommi a failli laisser sa peau à monter si haut.
Dès le pochette, cette horreur (pas ratée en tant que telle) qui nous présente quatre piquets bien balourds, il faut s'incliner. Sabotage il y a eu. Mais "Don't Start" n'arrive pas trop tard pour moi, avec ses inlassables riffs vampires. Dingues d'envolées sur les tambours, aussi. C'est qu'ils sont parvenus à s'écrire des morceaux, et ne se contentent plus de jammer, comme au temps du Vol 4. Alors ils en profitent pour développer leurs thèmes éternels :
folie/horreur grimaçantes. Pouvoir, corruption et massacre sont les concepts mis en lumière. Religion n'est pas oubliée, avec son intéressant pendant, les cultes sataniques. Les quatre Sabbath ont fait d'énormes progrès au niveau de leur mise en place musicale. Brutalement, sans avertissement, ils dégagent de leur obligation discographique avec une hautaine facilité qui va combler tous leurs fanatiques. Dpuis longtemps déjà, ils n'ont plus que des fanatiques et des ennemis. Un cas unique dans l'histoire du rock : le groupe qui tue. Ceux qui savent découvriront que leur groupe a encore gagné en finesse et en rapidité. Paradoxalement, le son s'est épaissi. A l'époque de "Paranoid" tout reposait sur la section rythmique, qui déchaînait la frénésie à sa seule volonté. Al a même époque, les Stooges percevaient l'erreur d'une telle disposition de combat, et pour leur album "Fun House" remixaient la guitare en deux entités, rythmique et lead. Après bien des tâtonnements (c'est Rick Wakeman qui tenait les moggs sur l'album précédent, "Bloody Sabbath"), les Blacks sont parvenus à une maîtrise de la quintessence des moyens rock. A la première écoute, cet album est une injection dangereuse, irrecevable. Je me suis amusé à le tester sur des tas de gens, surtout des gens qui n'y connaissent rien, ou des enfants. Plusieurs fois j'ai failli y laisser ma rondelle de cire. Les gens qui avaient perdu le groupe de vue après le second album ont tous rugi que c'était bien comme avant. Le morceau qui surprend et enthousiasme le plus s'appelle "Supertzar". Il semble nous hurler que tout est bien comme avant. Ce qui en dit long sur ce sue la génération précédent a lamentablement raté. Black Sabbath est toujours là, et depuis qu'Alice ne raconte plus grand chose, que les Stooges sont hors-circuit, il semble bien que plus jamais nous ayons besoin de leur étroite conscience de ce que nous sommes
et d'où nous allons.
- "Chaque jour j'approche de la fin de ma vie/Là où j'habite le soleil ne brille jamais."
C'est vrai. Moi aussi, et pourquoi ? Alors, comme le dit Ozzy, il ne nous reste sans doute plus qu'à garder l'espoir d'un sabotage, concerté.
Au moment où je termine cette chronique, un vieil ami passe me voir. Il revient juste de San Francisco, et il a été voir Black Sabbath au Winterland. Le show a, paraît-il, été remarquable, incluant deux très longues jams extraites de cet album : "The Writ" (mon morceau favori)et l'étonnant "Megalomania". Par ailleurs, il semble bien qu'encore une fois Black Sabbath ait été le champion du volume sonore. L'accueil fait par San Francisco aux quatre anglais diaboliques ne laissa aucun doute sur les vainqueurs de la nuit. En avant pour la Sabbath Power ! (Au moins, avec eux on s'amuse.)
Revenir en haut Aller en bas
Tangmo
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 1766
Age : 51
Localisation : rodez
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Lun 01 Jan 2018, 13:38


CHRONIQUE DE PHILIPPE TOUCHARD MAGAZINE ENFER JUILLET-AOUT 1984 N°15 Page 56
2° Album 1984 33T Réf : Phonogram 822 366-1
On ne change pas une équipe qui gagne. Après le succès de son premier album et la révélation de ce super groupe au bord de l'overdose de feeling (Enfer n° 9), Dio nous offre une nouvelle fois un album en forme de cadeau.
La recette est cependant la même, et à la première écoute comme au premier regard sur la pochette tout semble nous remémorer le premier album. La production a encore progressé, laissant aux riffs les plus heavy toute latitude à la persuasion et la mise en valeur de la toujours splendide voix de Ronnie qui manifestement colle à merveille avec le concept de groupe. Car ici, la voix est parfaitement intégrée et pour le néophyte, Ronnie James Dio n'est, et ne peut être que le chanteur de Dio. Les guitares sont plus travaillées et bénéficient d'un des plus grand espace de liberté, prouvant par là que Vivian Campbell est un bien grand guitariste. Alors cela pousse et pousse très fort. Pas de frime, le tout est parfaitement compact et chaque mesure, chaque note rentre dans nos mémoires tel un clou dans un morceau de gruyère.
On ne peut que se laisser dominer par la musique de Dio, et se prendre à rêver, à ce monde où les valeurs sont toutes entièrement et absolues, un monde où l'on est musique, la vie un chant, les sentiments une liberté doucement revendiquée. Au bout du compte, Dio nous donne l'éventail des possibilités d'une vie positive, au travers d'une musique qui s'intègre parfaitement à la chair et au corps.
Car tout est là, Dio chante avec ses tripes, Campbell joue avec ses doigts qui ne lui appartiennent plus et Appice assurent ce transport charnel avec le naturel et la simplicité du geste appelant à la communion. Voilà tout est dit, le concept de Dio est particulièrement ravageur et bien que la musique se soit durcie, le feeling est encore plus flagrant et généreux.
Revenir en haut Aller en bas
Tangmo
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 1766
Age : 51
Localisation : rodez
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Lun 01 Jan 2018, 13:39


CHRONIQUE DE PHILIPPE TOUCHARD MAGAZINE ENFER + HERVE PICART MAGAZINE BEST
CHRONIQUE DE PHILIPPE TOUCHARD MAGAZINE ENFER N°3 JUIN 1983 Page 42
1° Album 1983 33T Réf : Phonogram 811 021 1
La dissolution de certains grands groupes n'est pas toujours à déplorer, dès lors que des personnalités fortes s'en dégagent pour aller créer d'autres oeuvres à leur volonté, assurant par la même la conservation de leur propre genre.
C'est exactement, ici, le cas de Ronnie James Dio, qui prend le départ d'une nouvelle carrière, avec un groupe, dont il a choisi personnellement chaque membre. C'est pour lui, l'occasion de concrétiser son identité musicale, celle là même qu'il n'a jamais pu révéler, ni du temps Rainbow, encore moins à l'époque de Black Sabbath. A la pochette, on sent déjà que Ronnie James Dio poursuit son exploration d'une certaine morale, torturé par le manichéisme chrétien : à gauche, le diable jouant avec des chaînes, à droite, un brave curé, synonyme de l'amour comme loi universelle qui se noie, serré au cou par sa soutane.
Musicalement, ce disque nous réserve une bonne surprise. Voilà quelque chose dont le succès ne tardera pas à être fulgurant.
Alliant, les mélodies mises en relief par un orgue discret et opportuniste aux riffs des plus ravageurs, Ronnie est en marche, vers une musique où il arrivera peut être à faire oublier Black Sabbath et Rainbow. Bien sûr, j'écris "peut être". C'est dire en fait, que Ronnie n'est pas encore détaché des deux groupes auxquels il a participé durant presque 10 ans. En effet, il n'y a pas loin à coller l'étiquette Black Sabbath sur des titres tels que "Don't Talk To Stragers" ou "Holy Driver" ou celle de Rainbow sur "Gypsis" ou "Rainbow In The Dark".
Quoiqu'il en soit, il est temps de restituer à César ce qui est à César, car les morceaux comme "Stand Up And Shout", "Straight Through The Heart" et "Invisible" seront désormais des must, qu'il faudra mettre à l'actif de Dio.
Dio, le groupe, et non seulement Ronnie, car ses titres laissent libres cours à la guitare de Vivian Campbell une guitare libérée et libératrice, donnant tout un boulevard sonore, bien balisé pour mettre en relief la voix la splendide voix de Ronnie, qui, c'est flagrant, prend un plaisir colossal à chanter pour nous.
Un curé sur une pochette, c'est peut être pour mieux mettre en relief la communion parfaite entre la voix de Ronnie James et la musique de Dio.
.
.
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST OCTOBRE 1983 N° 183 Page 94
Après avoir écouté "Holy Driver", nul doute que plus d'un métallovore entonnera des hymnes à la louange du sacré nom de Dio. Il faut dire que Ronnie James "Elf - Rainbow - Black Sabbath" Dio a plutôt bien entamé sa carrière solo après avoir été longtemps le gosier d'or de groupes renommés. Il s'est choisi des complices experts, dont une rythmique imbattable avec ces deux rameurs infatigables que sont Jimmy Bain et Vinnie Appice (le frère de...), et un soliste bien périlleux en la personne de Mr Campbell, un de ces guitaristes dont on se demande si ses doigts ne sont pas munis de patins tant cela glisse et virevolte sur le manche. Un gang de première force qui sert magnifiquement la voix forte et ample de Dio, lyrique et accrocheuse (pourquoi AC/DC n'a-t-il pas enrôlé ce Canadien au lieu de Casquette Hurlante ?).
En plus, voilà des gens qui s'affirment d'emblée à l'aise sur tous les terrains du hard : heavy metal ultra-speedé (le météorique "Stand Up And Shout", médium blues à climat (cet "Holy Driver" qui rappelle un rien Black Sabbath), hard raffiné et contrasté à l'UFO (le slendide "Don't Talk To Strangers"), refrain pop métallisé (comme, tiens,tiens, "Rainbow In The Dark" - titre innocent ?), tout fait mouche, montre que l'on a ici affaire à des squales bien aguerris, carnassiers autant qu'élégants.
Du coup, ce premier album laisse entrevoir de belles promesses et l'on irait bien jurer que Dio va se faire enfin un nom avec le sien, lui qui fut souvent le brillant faire-valoir d'autrui. On va vraiment savoir ce qu'est le tonnerre de Dio.
Revenir en haut Aller en bas
Tangmo
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 1766
Age : 51
Localisation : rodez
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Lun 01 Jan 2018, 13:45


CHRONIQUE DE PHILIPPE TOUCHARD MAGAZINE ENFER MARS 1986 N° 34 Page 50/51
14° Album 1986 33T Réf : Phonogram 826 704-1
Black sabbath est mort, vive Tony Iommi's Black Sabbath ! En effet, Black Sabbath n'existe plus en tant que groupe, seul Iommi, rescapé de la grande époque à gardé le nom, histoire de ne pas se faire oublier.
Je dois reconnaitre qu'à première vue, je n'avais qu'un a priori négatif en ce qui concerne Iommi, et son look de malfrat pour feuilleton américain de série B, le dernier album de Black Sabbath m'étant resté au travers de la gorge, de même que les lettres d'insultes qui ont succédé à ma chronique vitriolé de "Born Again".
Pourtant quelle ne fut pas ma surprise à l'écoute de cet album, mené de voix de maître par Glenn Hugues.
Finis les piaillements et les hurlements à côté de la plaque de Gillan, finis aussi les phrases de guitare dissonantes, finis la batterie et la basse lourdingue. Tout cela, Iommi l'a laissé à la postérité dans les décombres d'un Black Sabbath asthmatique et aviné ; c'est un grand et excellent album de "blues metal", s'il faut le qualifier, que toute l'équipe nous délivre là. Des tempos accélérés, des riffs subtils, ce qui change pour une fois, et des vocaux magnifiques qui rehaussent le tout avec parfois une dimension épique, des choeurs wagnériens et un espace sonore en profondeur.
En bref, reprenez "Heaven and hell"; remplacez Dio par Gleen Hugues, imaginez un peu Iommi ayant pris des cours de feeling chez Gary Moore, et vous avez entre les mains, la trace de septième étoile, à défaut de la septième merveille du monde
Revenir en haut Aller en bas
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 76220
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Lun 01 Jan 2018, 17:07

Ah quand même... Shocked Cool
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Iron 31
Heaven And Hell
avatar

Nombre de messages : 6754
Age : 52
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Lun 01 Jan 2018, 20:13

Ah ouais, mais il n'a pas tort, concernant Born again (que j'aime pas, pour moi la voix de Gillan ne colle pas avec la zic de Iommi), comme heaven and hell et comme tout ce qui suit c'est "Iommi and friends", ce n'est plus du Sab, dit et répété, il faut vous le rentrer dans le crane, le Sab reprend avec 13 tongue
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Louis
Master Of Reality
avatar

Nombre de messages : 10569
Age : 66
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Mar 02 Jan 2018, 10:27

Glen Hugues sur du Sab ...   ... grosse erreur de casting   Sad
Revenir en haut Aller en bas
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 76220
Age : 55
Localisation : 9 cube
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Mar 02 Jan 2018, 15:12

On sent le "spécialiste"...... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://black-sabbath.board-realtors.com
Jean-Louis
Master Of Reality
avatar

Nombre de messages : 10569
Age : 66
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Mar 02 Jan 2018, 20:04

Non non, absolument pas ... mais tu l'as vu, l'autre, en live sur les titres des 70' ? affraid
Revenir en haut Aller en bas
Iron 31
Heaven And Hell
avatar

Nombre de messages : 6754
Age : 52
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Mar 02 Jan 2018, 21:09

Je ne dis pas que ce sont de mauvais albums, quoique pour moi ils ne sont pas terribles, mais toute cette période 80/95 (ah excusez je reviens à "Iommi and Friends" tongue ), faut être sourd pour ne pas s’apercevoir que ce n'est plus du Sab bordel, retirez vos quiès Laughing

Pour revenir sur Hugues, ce n'est pas une erreur de casting puisque ce n'est plus du Sab tongue

IL est lourd Iron  Laughing mais il a tellement raison  Very Happy !!!!!!!!!!!!!!

Pour info, je me suis réécouté ça today:
1983 : Born Again
1986 : Seventh Star
1987 : The Eternal Idol
1989 : Headless Cross
1990 : Tyr
Pour être sur de pas avoir oublié, avant de répondre!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Killsark
Iron Man
avatar

Nombre de messages : 18634
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Mer 03 Jan 2018, 14:40

Je préfère Chabichou tongue
Revenir en haut Aller en bas
Jb42
Sabbath Bloody Sabbath
avatar

Nombre de messages : 3239
Age : 42
Localisation : Vanves
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Dim 07 Jan 2018, 19:38

C'est pas les mêmes albums qu'à l'époque d'Ozzy mais j'aime bien quand même"Born Again" et "Seventh Star" et un peu "Headless Cross"
Revenir en haut Aller en bas
Iron 31
Heaven And Hell
avatar

Nombre de messages : 6754
Age : 52
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   Dim 07 Jan 2018, 21:45

J'ai jamais dit que Iommi & Friends était mauvais, comme tu le dis si bien, c'est pas la même chose tongue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BLACK SABBATH dans la presse   

Revenir en haut Aller en bas
 
BLACK SABBATH dans la presse
Revenir en haut 
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
 Sujets similaires
-
» Black Sabbath : Black Sabbath (1970)
» BLACK SABBATH Reunion tour 2012
» Black Sabbath tournée 2012
» Black Sabbath 11/11/11
» Clip video Hommage Ozzy/Black Sabbath a Baie-Comeau!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Sabbath :: Black Sabbath :: Black Sabbath-
Sauter vers:  
Les forums partenaires